Le respect des autres est dans les valeurs morales du savoir-vivre

11096687 1417584425213727 559201578 n

Posted By Nass El Houma Pointe Pescade
Tuesday 19 December 2106

 

Le respect des autres est dans les valeurs morales du savoir-vivre

La politesse, la courtoisie, et l’honnêteté :

La politesse et l'honnêteté sont une manière de se comporter conformément aux règles du savoir-vivre. Ainsi, dire “bonjour” aux gens que l’on rencontre, “s'il vous plaît” pour demander un service, “merci” à la suite d’une quelconque gratification, avertir pour ne pas déranger, saluer les gens que l’on quitte, ne pas employer de mot grossier, alors que le dictionnaire donne tous les mots de la langue, ce n'est pas obligatoire, mais cela montre notre bonne volonté !

La sincérité, la franchise, la loyauté :

Ces valeurs qui traduisent la qualité d'une personne qui ne cherche pas à tromper autrui sur la nature de sa pensée ou de ses sentiments, qui agit sans détour, s'exprime sans dissimulation… montrent l'authenticité de notre bonne volonté et font la fierté du sujet, surtout lorsqu'elles sont reconnues

La galanterie :

La galanterie est l'attention toute légitime qu'un homme témoigne à une femme par désir de lui être agréable. Être galant montre en effet que l’on considère la femme pour ce qu’elle est vraiment (un être humain à part entière, comme l’homme), et non ce qu'elle parait être (sa faiblesse naturelle n'est que physique et la galanterie la rend un peu moins ingrate).

La fidélité :

La fidélité est la qualité d'une personne qui respecte ses engagements. Les époux se doivent mutuellement fidélité car ils se sont engagés dans ce sens, devant la loi et devant témoins : c’est une question d'ordre moral et social (la fidélité est un acquis et le fondement du mariage).

Les amants non mariés ne sont pas forcément d’accord pour être infidèles. Souvent, ils se testent avant de s’engager, car la fidélité est pour eux la preuve de l'amour de l'autre. Certains amants privilégient le plaisir et ne "s'embarrassent" pas des valeurs car ils ne les ont jamais apprises ou comprises ! Peu importe, tant qu'ils sont d'accord pour vivre ainsi, et s'ils vivent en paix en public, ils ne dérangent personne ! Mais une relation sans valeur ne peut pas durer !

La solidarité :

La solidarité est le sentiment de personnes qui se sentent liées les unes aux autres par des goûts ou des intérêts communs ou/et qui s'aident, se soutiennent mutuellement.

La solidarité s'exerce le plus souvent dans le malheur car on recherche alors une aide ou un soutien. Au niveau national, la solidarité permet la paix car en agissant dans l’intérêt de tous, on ne dérange personne, d’où la nécessité de choisir un métier utile à tous pour gagner de l’argent, et des loisirs qui ne dérangent personne. Dans son plus large emploi, on parle de dépendance et d'aide mutuelle entre tous les hommes du seul fait d'être homme (le tour «être solidaires les uns des autres» constitue un pléonasme).

La fraternité :

La fraternité est la valeur que ressentent des personnes liées comme membres d'une même famille, tels frère(s) et sœur(s), ou unies dans une même action (fraternité d'armes).

Tous les êtres humains sont, en effet, liés par un même destin et ont un devoir de fraternité. Les pays, les industries, les particuliers, tous les êtres humains sont dans le même bateau et, ensemble, ils font avancer l’humanité. Par extension, les lois de chaque pays sont respectables car elles permettent la bonne marche de chaque société (fraternité humaine).

La pudeur :

La pudeur est la retenue liée à un sentiment de gêne à l'égard de ce qui se rapporte à la sexualité, retenue qui existe naturellement et qui doit être renforcée par l'éducation morale car sans elle, la vie sociale est impossible. Mettre chacun devant ses responsabilités nécessite en effet une référence : est bien ce qui va dans l'intérêt de tous, et mal, le contraire.

L’honneur :

L'honneur est le paroxysme de la fierté et de la dignité pour soi-même ou envers autrui (estime admirative que donnent le mérite, le talent, la réputation d'un individu, sentiment que l'on a de la valeur morale de ses actes).

 

Ajouter un commentaire